Minuit

29 août 2011

Deux corps.
Distincts.
Qui s’approchent de la rive.

Deux corps qui ont la chair de poule,
Qui s’immergent dans l’eau.
Leurs muscles se crispent,
Leurs bras se croisent sur leur poitrine
Et leur nuque se fige.

Deux corps qui nagent,
Gigotent, se frôlent et rient.
D’un rire sans promesse.
D’un rire qui ne construit pas
Mais qui vit,
Qui ose.

Deux corps.
Qui s’allongent sur la berge.
L’un contre l’autre.
L’un dans l’autre.
Un corps.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :