Monde pourri

12 mars 2011

Il y a des journées pourries où tout est pourri. Tout, y compris vos proches, vous pourrit la vie parce que vous avez l’impression de pourrir la leur.

Vous n’êtes pas à la hauteur. Incapable de donner. De recevoir. De partager. De sentir. D’écouter. Blablabla. Ni même d’entendre ? A vous faire douter de votre propre capacité à aimer et, ça va de pair, d’être aimée. Pas de cœur, juste des mots qui jaillissent pour incarner votre rôle favori de bouc-émissaire du monde (pauvre vous, va !).

Et, dans ces jours où tout est pourri, il y a une Rika qui vous sourit au guichet du Mac-Drive (parce que dans ces jours-là, on va au Mac-Drive). Campé derrière un large sourire déchaussé, son charabia à peine français est d’une infinie gentillesse. Vous lui diriez volontiers « Merci Rika ». Puis feriez preuve de compassion : « ça doit être l’horreur votre job, Rika. Les heures empilées, les genoux fatigués, les cheveux huilés, L’alignement de clients, …  Et pourtant, vous souriez, Rika. Vous êtes belle dans votre bonté ». Mais vous passeriez pour une tarée. Ne serait-ce déjà de l’interpeller par son prénom.

Donc, bouche-cousue.

Vos yeux, cependant, eux, ne mentent pas. Ils chuchotent. Ils parlent. Au-delà de la monnaie rendue, il se passe quelque chose dans la réciprocité. Un éclair de simplicité. De sincérité.

Dans ces journées pourries où tout est pourri, tout n’est pas vraiment pourri.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :