Le passage clouté

25 novembre 2010

Ne pas tourner la tête. Surtout ne pas regarder. Ni à droite, ni à gauche. Ne rien manifester. Mettre des œillères imaginaires et, l’air de rien, tout à coup, s’élancer, se projeter, bondir, jaillir sur la première bande jaune.

Dos voûté et profil bas, s’appuyer fort sur sa canne, serrer contre soi le panier à commissions et allonger le pas pour atteindre la deuxième bande jaune. Traverser le passage piéton en toute impunité, en toute quiétude. Marmonner, bougonner. Faire la sourde oreille, ignorer les bruits de freins et le conducteur tétanisé au volant de sa voiture, nez collé au pare-brise. Incognito, continuer son chemin cahin-caha jusqu’à la boulangerie. A n’importe quel prix, même celui de la vie!

Quelle détermination, quelle témérité ! Quelle inconscience de jaillir sur la route de la sorte. Contrairement à la neige, au verglas, aux feuilles mortes sur la chaussée mouillée, la tendance suicidaire des petites vieilles n’a pas de saison.

Publicités

2 Réponses to “Le passage clouté”

  1. yssor Says:

    j’adore cette petite dame du macadam


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :